Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

retour

Fédération de données NoSQL dans des bases relationnelles

Fédération de données NoSQL dans des bases relationnelles

Plusieurs moteurs de bases de données relationnels permettent de fédérer des lacs de données massives NoSQL externes au sein de bases de données classiques.
Le modèle est ici d’utiliser un moteur de stockage NoSQL (réparti et qui reste accessible de manière autonome) au sein d’une base de données relationnelle pour son exploitation.
Citons par exemple le mécanisme de Foreign Data Wrapper de PostGreSQL ou le connecteur Cassandra de MariaDB.

Ces mécanismes offrent l’avantage d’intégrer facilement des données de bases NoSQL au sein d’un ODS ou un entrepôt de données de type base de données relationnelle et ainsi d’y accéder avec un langage SQL classique.
Par exemple, cela peut être une source de fait MongoDB à très forte volumétrie et vélocité intégrée de manière “transparente” à un ODS PostGreSQL.

Par contre, il faut bien garder à l’esprit les limites de ce modèle :

  •  limites de performances techniques du moteur de la base de données fédératrice par rapport à un système de traitement réparti (agrégation de masses de données notamment)
  •  perte de performance due à l’intégration d’un système tiers
  •  mapping “rigide” des champs entre la base NoSQL et les tables virtuelles de la base de données fédératrice.